Le tatouage : du bad boy à une démarche populaire


Même si au départ en occident le tatouage était l’apanage du bad boy dans ses différentes déclinaisons aujourd’hui le tatouage est devenu ultra populaire. Des personnes de tout âge et de toutes les classes sociales succombent à cette image encore quelque peu transgressive. Et pourtant le tatouage est en passe à se banaliser même dans nos contrées. Aux Etats-Unis le tatouage est tellement répandu que les peaux vierges de tous motifs deviennent une rareté.

La popularisation du tatouage

Tatouage et détatouage

Aujourd’hui une personne sur dix possède un tatouage en France. Quel que soit l’âge, le sexe ou la classe sociale le tatouage se banalise. Et pourtant durant très longtemps le tatouage était réservé aux malfrats, aux bad boys à ces renégats souvent marginalisés. Aujourd’hui il n’est pas rare qu’une adolescente de bonne famille se retrouve avec un ou plusieurs tatouages sur le corps. Q’une grand-mère arbore fièrement un tatouage sur la main ou le bras. Effectué dans un salon dédié à cet art, dans une boutique près de chez soi ou en voyage à Los Angeles bref le tatouage n’est pas pour autant un geste anodin. Il peut être douloureux selon l’endroit du corps et se réfléchit longuement. Mais il arrive encore que quelques personnes se tatouent sur un coup de tête. Ces derniers peuvent aujourd’hui se détatouer bien plus facilement aujourd’hui grâce à ce nouveau procédé de détatouage sans laser (voir le Centre de détatouage Paris).

Des milliers de boutiques en France

Dans les années 80 les boutiques de tatouage n’étaient pas nombreuses. De nos jours ce sont des milliers avec plusieurs tatoueurs par ville. Phénomène de mode pour certains, le tatouage semble être bien plus que ça pourtant. Car depuis ses origines il y a vraisemblablement 5000 ans le tatouage est présent sur la peau des hommes.